Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait - Blog d'articles parus dans divers journaux - Consistoire de Lyon

Aller au contenu

Menu principal :

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait

Publié par dans Drachot ·

Cette semaine, l'éducation nationale a été pointée du doigt par beaucoup de professeurs.
Trop longtemps, les professeurs ont  cherchés à prévenir l'état de la souffrance, de l'ignorance et de la violence qui se révélaient dans certaines écoles.
Le premier ministre, et tous les ministres de l'éducation se sont donc réunis cette semaine pour  comprendre et résoudre le problème.

Mais l'éducation et les écoles sont-ils vraiment la source de la crise que nous traversons ou sont-ils seulement un symptôme ?
Lorsqu'une communauté souffre, les témoins de cette souffrance sont les adolescents, et les anciens.

Dans la sidra de bo, Moïse demande au pharaon de laisser partir de peuple, et au cours de la négociation, lorsque le pharaon demande « mi vami haholehim » « précisément, qui partira? »
Moïse lui répond : « Nous partirons avec nos jeunes et avec nos anciens, nos fils, nos filles, notre gros et menu bétail... »

Pourquoi préciser « nos jeunes et nos anciens » ? Ils font tous partie du reste du peuple ! Nous partirons tous, tous les hommes et toutes les femmes aurait suffit, qu'y a-t-il de plus à préciser que le peuple qui partira sera aussi composé de jeunes et d'anciens ?

Moché nous apprend que pour qu'un peuple voyage, pour qu'il puisse avancer et évoluer, il lui faut ses jeunes et ses anciens, les uns étant aussi important que les autres.

Les anciens sont indispensables pour avancer car ils sont les témoins, Ils sont la mémoire et ils savent juger de l'évolution d'une communauté et ils sont aussi les porteurs de la connaissances et les vecteurs de savoir.

Les jeunes, eux n'ont pas cette expérience, ni cette connaissance mais ils ont la force,  ils ont l'espoir. Ils ont  la capacité d'accueillir cette transmission, de la faire vivre, et de la porter encore plus haut.

Enfin, pour une communauté viable et vivante, il faut des anciens, des jeunes, mais aussi « des hommes et des femmes » comme la précisé Moché .

Chacun a sa place dans la communauté et chacun, comme le dit Hillel dans les maximes des pères, doit se considérer comme la seule et unique personne qui saura sauver la communauté :  « si moi,  je n'agis pas pour moi, qui le fera ? »

Il y a quelques mois, lorsque la communauté cherchait un rabbin, j'étais tranquillement installé dans la communauté juive de Tours, et je menais, avec mon épouse  une vie paisible et stable.
Nous attendions notre fils Gabriel Aviméïr, qui a aujourd’hui un peu plus de deux mois.

Mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille, et chacun d'entre nous doit aspirer à s'améliorer et à grandir. Alors, un jour, je passais à paris pour rendre visite à mon père et j'ai vu cet appel à candidature, j'ai réfléchi, et j'ai compris qu'il était temps de penser à l'avenir.

Évidemment, la challenge était énorme, guider une communauté qui possède un rite différent et des coutumes différentes, une synagogue si belle et une histoire si riche.

Mais grâce au concours de tous, j'ai pu démarrer cette transition.
Je dois pour cela remercier le Grand rabbin qui dirige tous les jours les offices et qui fait des efforts pour me laisser une place, le hazzan, qui m'aide à apprendre le rite ashkenaze de Tilsitt, le président et les vices présidents pour leur accueil et leur aide quotidienne, et tous les administrateurs.

Les attentes du conseil d'administrations étaient claires : attirer les jeunes, renflouer les rangs du talmud Torah, organiser des chabbatot pleins, des sorties, des conférences…

Je souhaite que cette synagogue devienne, avec votre concours, un beth haknesset dans son sens étymologique, une maison de rassemblement pour les jeunes et les anciens, et que chacun y trouve son centre d’intérêt : des activités pour les enfants, les jeunes, les parents et beaucoup plus et nous pourrons y arriver si chacun se porte volontaire à animer et à aider sa communauté.

Chers frères, chers amis, il me tarde d'apprendre à tous vous rencontrer personnellement, chacun et chacune, afin que nous puissions, ensemble grandir,  nous instruire, et continuer à faire de cette synagogue un puissant phare pour le judaïsme français.





150 Commentaires
Vote moyen: 11504.1/5
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >>
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 >>

Retourner au contenu | Retourner au menu